Donner à Dieu le contrôle total | World Challenge

Donner à Dieu le contrôle total

David WilkersonSeptember 26, 2005

La plupart des lecteurs savent que la Cour Suprême des Etats-Unis a décidé que les dix commandements ne peuvent être invoqués dans aucun tribunal gouvernemental. Cette décision historique a été couverte par les médias de manière exhaustive, mais qu'est-ce qu'elle signifie ?

Un tribunal est l'endroit où les lois sont appliquées. Et les dix commandements représentent la loi morale de Dieu, qui ne varie ni ne change jamais. Elle est aussi stable que la loi de la gravité. Si vous défiez cette loi, c'est comme sauter d'un immeuble, vous pouvez prétendre qu'elle ne vous affecte pas, mais il y a clairement des conséquences qu'il faudra supporter.

Dit simplement, les dix commandements sont des lois éternelles instaurées par Dieu afin d'empêcher la société de se détruire elle-même. Pourtant, aussi incroyable que ce soit, il y a de nombreux ouvriers en train d'effacer ces commandements – ainsi que le nom de Dieu – gravés dans le marbre ou le ciment des murs des tribunaux.

Quelle image parlante de l'état de notre société. Ces lois immuables ont été à l'origine gravées dans la pierre par le doigt même de Dieu, et elles sont maintenant effacées de la pierre par la loi des hommes.

J'entends des chrétiens dire, « Et alors, qu'est-ce qu'il y a de si grave ? Nous ne sommes pas sous la loi, pourquoi est-ce que ça devrait être un problème ? » Cela me hérisse d'entendre des choses pareilles. Non, nous ne sommes pas sous la loi hébraïque, ce qui veut dire les 613 commandements ajoutés par des rabbins juifs. Mais chaque chrétien est sous l'autorité de la loi morale de Dieu, qui est résumée dans les dix commandements. Aucun croyant ne peut justifier de commettre l'adultère, le vol ou le meurtre.

Je me demande ce que pense Dieu alors que ces ouvriers effacent ces lois devant ses yeux. Encore une fois certains croyants déclarent, « Nous n'avons pas besoin de l'exposition de ces commandements. Ce qui est vraiment nécessaire c'est que nous les ayons écrits dans nos coeurs. » Ce n'est pas ce que dit la Parole de Dieu. Pensez à cette présence visible que Dieu a voulu pour ses commandements lorsqu'ils ont été donnés à son peuple :

« Que ces commandements que je te donne aujourd'hui restent gravés dans ton cœur...Qu'ils soient attachés comme un signe sur ta main et comme une marque sur ton front. Tu les inscriras sur les poteaux de ta maison et sur les montants de tes portes... Tu les inculqueras à tes enfants et tu en parleras chez toi dans ta maison, et quand tu marcheras sur la route, quand tu te coucheras et quand tu te lèveras» (Deutéronome 6:6, 8-9, 7).

Le terrible fait est que, des forces impies dans notre société ont rejeté Dieu. Toute mention de Lui est maintenant enlevée de nos écoles, de nos tribunaux, de nos institutions publiques. Bientôt, les mêmes forces vont essayer de proscrire les mots « une nation sous l'autorité de Dieu » du Serment d'Allégeance.

Je crois que cette folie ne restera pas longtemps sans réponse. Je suis convaincu que Dieu agira rapidement. Prenez l'exemple de ce qui est arrivé en Europe récemment. L'année dernière, l'Union Européenne a essayé de faire passer de force une constitution qui rejetait Dieu de manière flagrante et définissait l'Europe comme laïc. Le décret n'est pas passé, mais les fers de lances de cette idée seront bientôt de retour ; ils n'abandonneront pas avant que le nom de Dieu ne soit renié dans toute l'Europe. Ils ont rendu leurs intentions parfaitement claires, disant en essence, « Laissez Dieu avoir le paradis, et donnez-nous la terre. Gardez la religion loin de nous. »

Le fait est que si vous ne voulez pas de Dieu auprès de vous, ils ne se contente pas simplement de partir. Regardez ce qui se passe en Europe depuis que cette constitution a été introduite. L'Allemagne et la France font face à un chômage massif, les coûts de la santé s'envolent, les corps gouvernants sont paralysés, et il y a une confusion incroyable un peu partout. Ce n'est pourtant que le commencement de peurs et de chaos qui viendront sur tout peuple qui rejette complètement Dieu.

Maintenant, le même esprit qui est à l'oeuvre en Europe agit en Amérique et cela devrait nous faire de la peine. La Bible donne avertissement après avertissement à ce sujet. Pourquoi Dieu a-t-il jugé la génération de Noé en envoyant un déluge ? Pourquoi détruire Sodome et Gomorrhe ? Tout cela est arrivé à cause de l'absence de loi. La Bible dit que dans ces sociétés, chaque individu était devenu une loi pour lui-même, et ceux qui étaient fidèles étaient angoissés à ce propos. Loth, qui vivait à Sodome, subissait chaque jour des vexations dans sa société sans lois. (voir 2 Pierre 2:8)

A la fin du livre de la Genèse, Dieu a choisi un petit peuple, insignifiant, pour devenir une nation qui enseigne. Il voulait élever un peuple qui serait un exemple vivant de sa bonté devant un monde païen. Alors, pour provoquer un tel témoignage, Dieu a placé son peuple dans des situations hors de contrôle. Il a isolé Israël dans un désert, où Lui seul serait la source de leur vie, prenant soin de tous leurs besoins.

Les Israélites n'avaient aucune prise quant à leur survie dans ces lieux désolés. Ils ne pouvaient pas contrôler la présence de nourriture et d'eau. Ils ne maîtrisaient pas leur destination, ils n'avaient ni compas ni cartes. Comment allaient-ils manger et boire ? Dans quelle direction iraient-ils ? Et où allaient-ils finir ?

Dieu allait s'occuper de tout pour eux. Il allait les guider chaque jour par la nuée miraculeuse, qui brillait la nuit et chassait l'obscurité devant eux. Il allait les nourrir avec la nourriture des anges venue du Ciel et leur donnerait de l'eau jaillissant d'un rocher. Oui, chaque besoin serait comblé par le Seigneur, et aucun ennemi ne pourrait les vaincre. « Il t'a fait entendre sa voix du haut du ciel pour faire ton éducation» (Deutéronome 4:36). Le peuple de Dieu allait entendre chacune de Ses paroles pour le guider, et à son tour allait en témoigner. « Qui à jamais entendu la voix de Dieu ? » (voir 4:32-34)

Les nations qui entouraient l'ancien Israël étaient pleines d' « autres dieux », d'idoles faites de bois, d'argent et d'or. Ces dieux étaient muets, incapables de voir et d'entendre, incapables d'aimer ou de protéger le peuple qui les adorait. N'importe laquelle de ces nations pouvaient regarder Israël et voir un peuple spécial que leur Dieu a conduit à travers le désert. Elles allaient voir un Dieu qui parle à son peuple, qui aime et ressent, qui répond aux prières et accomplit des miracles. C'est un Dieu vivant, qui guidait le peuple d'Israël dans chaque détail de sa vie.

C'était la raison pour laquelle Dieu a élevé le peuple d'Israël : Pour montrer à un monde païen comment était le Dieu vrai et vivant. Quand il levait les yeux sur les nations, il voyait une race pleine de violence et sans loi, suppliant pathétiquement des dieux qui ne pouvaient pas les aider. C'était un monde plein de gens inquiets, agités, mauvais, s'égarant comme des brebis sans berger.

Dieu a donc fondé un peuple qui serait entraîné par Lui. Ce devait être un peuple qui vivrait sous son autorité, qui lui ferait complètement confiance, lui donnant le contrôle total sur tous les aspects de sa vie. Ce peuple deviendrait son témoignage pour le monde.

Pourquoi Dieu voulait-il le plein contrôle sur son peuple ? Pourquoi a-t-il insisté pour avoir leur confiance en toutes choses ? Parce qu'Il était le seul à connaître le chemin. Dieu seul connaissait leur avenir et était capable de les conduire vers le véritable repos, et Il allait accomplir l'impossible dont ils avaient besoin pour les y amener.

C'est la raison pour laquelle les Israélites ont été placés dans des situations qu'ils ne pouvaient pas contrôler. Ils ont affronté des épreuves qu'ils ne pouvaient pas comprendre, des tests qui dépassaient leurs forces. Dieu les a placés dans ces situations de crises afin de faire appel à leur foi. Il a voulu leur faire traverser ces expériences pour construire leur confiance, ainsi, quoi que leur réserve l'avenir, ils pourraient dire, « Dieu nous a délivré, et Il nous délivrera encore. Il nous a conduit à travers les plaies d'Egypte et hors de l'esclavage de Pharaon. Toute la gloire soit au Seigneur dans nos crises présentes. »

Bien-aimés, c'est encore la façon dont Dieu produit la foi en son peuple. Il nous amène dans des épreuves intenses, auxquelles nous ne pouvons pas survivre avec nos propres forces. Nous faisons face à des difficultés qui ne peuvent être résolues que par des miracles ou des délivrances. Voyez-vous, nous sommes destinés, comme Israël à être le « peuple trophée » de Dieu. Ils veut que nous soyons ses exemples pour un monde perdu : un peuple amené à ses extrémités, qui voit devant lui des montagnes infranchissables, des mers impossibles à traverser, des expériences de désert ingérables, et qui déclare, « Cela me dépasse, il va falloir des miracles pour me faire traverser. Je ne peux pas faire face à cela par moi-même, et je ne peux pas le rationaliser. Personne, ni aucune institution ne peut me délivrer, le Seigneur est mon seul espoir. Il faut que je lui donne le plein contrôle sur ma vie et mon avenir. Je vais lui faire confiance en toutes choses. »

Alors, quel choix a fait Israël ? Ils ont répondu avec des explosions de méfiance et d'incrédulité – dix de ces explosions en fait. Et finalement Dieu a dit, « Assez. » Regardez le résumé qu'en fait la Bible : « Ils n'ont pas pu entrer à cause de leur incrédulité » (Hébreux 3:19). Malheureusement, ces anciens Israélites ne sont pas devenus des exemples d'un peuple qui dépend entièrement de leur Seigneur, mais plutôt un exemple d'incrédulité.

Ce peuple des derniers jour sera suscité par le Christ lui-même, et sera gouverné par Dieu, conduit par l'Esprit, et complètement consacré au Seigneur dans tous les domaines de la vie. Jésus nous en a donné l'exemple, vivant complètement dans la dépendance du Père. Il est apparu non seulement comme le dernier Adam, mais comme le dernier « modèle d'homme », l'exemple ultime de ce que Dieu cherchait : quelqu'un qui donnerai au Père le contrôle total sur sa vie.

 « Car si je suis descendu du ciel, ce n'est pas pour faire ce qui me plaît, mais pour accomplir la volonté de celui qui m'a envoyé. » (Jean 6:38) « Vraiment, je vous l'assure: le Fils ne peut rien faire de sa propre initiative; il agit seulement d'après ce qu'il voit faire au Père... je ne cherche pas à réaliser mes propres désirs, mais à faire la volonté de celui qui m'a envoyé » (5:19, 30).

Nous savons que Jésus était totalement dépendant du Père, Il est notre exemple de consécration et de confiance. En effet, il a rendu clair le fait qu'une telle vie est possible pour nous. La plupart des chrétiens sont d'accords pour dire, « Oui, c'est comme cela que nous devons nous efforcer de vivre. Nous ne devons pas vivre dans la peur et l'anxiété, en essayant de résoudre nous-mêmes nos problèmes, nous devrions plutôt placez nos vies et nos préoccupations dans ses mains. » 

Si nous vivions vraiment cela, Dieu devrait être le capitaine de nos âmes maintenant. Mais est-ce qu'il l'est ? Pour beaucoup dans l'église, la réponse est clairement non. Nous chantons des chants qui parlent de Jéhova Jireh, Celui qui pourvoit, et nous citons les nom de Dieu – El Shaddai, Adonai, Jehova, Elohim – ainsi que les noms glorieux du Christ : Messie, Seigneur des seigneurs, Roi des rois. Pourtant aussitôt que nos prochaines crises se présentent, nous pleurnichons et remettons en question la fidélité de Dieu, et nous nous laissons aller au doute et à la peur, en nous en remettant à notre intelligence pour trouver une issue.

Beaucoup de chrétiens lisent la Bible régulièrement, croyant que c'est la parole vivante et révélée de Dieu pour leur vie. A travers toutes les pages de l'Ecriture, ils lisent des choses à propos de générations qui ont entendu la voix de Dieu. Ils lisent que Dieu a parlé à son peuple encore et encore, avec cette phrase qui est répétée une fois après l'autre :  « Et Dieu dit... » Et pourtant, ces mêmes chrétiens vivent comme si Dieu ne parlait pas à son peuple aujourd'hui.

Une génération entière de croyants en est venue à prendre des décisions complètement seule, sans prier ou consulter la Parole de Dieu. Beaucoup décident simplement de ce qu'ils veulent faire, et demandent à Dieu de le valider. Ils avancent par la force, leur prière étant, « Seigneur, si ce n'est pas ce que tu veux, alors arrête-moi. »

Nous vivons actuellement un temps dont on parle comme de la « génération clin d'oeil ». Les gens prennent des décisions majeures dans le temps d'un clignement d'oeil. Un Best-seller a été écrit sur ce sujet, appelé Blink : Le pouvoir de penser sans penser. La théorie est, « faites confiance à votre instinct, les décisions prisent en un clin d'oeil se révèlent être les meilleurs. »

Pensez à tout le langage pressé, « battement de paupière », que nous entendons chaque jour : « C'est l'offre du siècle, vous pouvez vous faire un paquet en une seule nuit, mais vous n'avez qu'une toute petite fenêtre d'opportunité. Attrapez-le tout de suite ! » L'esprit qui dirige tout cela c'est « vite, vite, vite ! »

Cette pensée a commencé à infecter l'Eglise, affectant les décisions, pas seulement comme des « chrétiens clignotants », mais comme des « ministères clignotants ». De nombreux membres d'églises perplexes nous ont écrit racontant la même histoire : « notre pasteur est rentré d'une conférence sur le développement d'églises en nous annonçant, « Depuis aujourd'hui, tout va changer. » Il a décidé que nous allions devenir une église à la mode d'un jour à l'autre ! Il ne nous a même pas demandé de prier pour cela, nous n'y comprenons rien. »

Il y a à peine quelques années, le mot d'ordre parmi les chrétiens était, « Est-ce que tu as prié à propos de cela ? Est-ce que tu as cherché le Seigneur ? Tes frères et soeurs t'entourent-ils dans la prière ? As-tu reçu des conseils inspirés ? »

Je vous le demande, est-ce que c'est ce que vous avez fait ? Dans les années passées, combien de décisions importantes avez-vous prises en l'apportant sérieusement à Dieu et en priant sincèrement ? Et combien de ces décisions avez-vous prises en « un clin d'oeil » ? La raison pour laquelle Dieu veut le total contrôle sur nos décisions c'est pour nous éviter le désastre – qui est exactement la manière dont la plupart de nos décisions « en un clin d'oeil » se terminent.

Il n'y a pas de formule pour vivre complètement dépendant du Seigneur. Tout ce que je peux vous proposer c'est ce que Dieu m'a appris dans ce domaine. Il m'a montré deux choses simples pour que je lui donne le plein contrôle.

Premièrement, je dois être convaincu que Dieu veut et est impatient de me faire connaître sa volonté, même dans les petits détails de ma vie. Il faut que je croie que le Saint-Esprit qui demeure en moi connaît la volonté de Dieu pour moi, et qu'il va me guider, me conduire et me parler.

« Quand l'Esprit de vérité sera venu, il vous conduira dans la vérité tout entière... Il manifestera ma gloire, car il puisera dans ce qui est à moi et vous l'annoncera » (Jean 16:13-14). Jésus nous dit que le Saint-Esprit va nous communiquer les pensées et la volonté de Dieu. « Quand tu crieras et, lorsqu'il t'entendra, il répondra à ton appel... Alors tu entendras dire derrière toi: --C'est ici le chemin: suis-le, là, va à droite... là, va à gauche... » (Esaïe 30:19, 21).

Peut-être qu'en ce moment vous êtes au milieu d'une peine, elle a peut-être été causée par une décision en un clin d'oeil. Même dans ce cas là, Dieu vous promet, « Ton oreille intérieure entendra mon Esprit te parler, « Va par là. Fais ceci, ne fais pas cela... » 

Deuxièmement, nous devons prier avec une foi qui ne vacille pas, pour recevoir la puissance qui nous permet d'obéir aux directives de Dieu. L'Ecriture dit, « Il faut cependant qu'il la demande avec foi, sans douter, car celui qui doute ressemble aux vagues de la mer agitées et soulevées par le vent. Qu'un tel homme ne s'imagine pas obtenir quoi que ce soit du Seigneur » (Jacques 1:6-7).

Quand Dieu nous dit quelque chose, nous avons besoin de puissance pour tenir jusqu'au bout et lui obéir complètement. Tout au long de cinq dizaines d'années dans le ministère, j'ai appris que Satan et la chair planteront toujours des doutes et des questions dans mes pensées. Et j'ai besoin de la force qui vient du Ciel pour ne pas dire « oui » quelque soit la situation alors que Jésus a dit « non ».

Beaucoup d'entre nous prient, « Seigneur, je sais ce que tu m'as dit, mais je ne suis toujours pas certain que c'était bien toi qui parlait. En fait, je ne suis pas sûr que je suis assez spirituel pour même reconnaître ta voix. S'il-te-plaît, ouvre ou ferme simplement la porte pour moi dans ce problème. »

Ce n'est pas la réponse de foi qu'Il cherche de ses enfants. Vous pouvez prier autant que vous voulez, pendant des heures, même des jours à la suite, pleurant et suppliant, mais si vous ne priez pas avec foi – en croyant que le Saint-Esprit vous guidera, comme Jésus l'a promis – les pensées de Dieu ne vous seront jamais communiquées. Il attend de vous voir engagé à accepter quoi qu'il dise, et à y obéir sans hésiter. Notre réponse doit être « Seigneur, tu es le capitaine de mon salut, que Ta volonté soit faite dans ma vie. »

Parfois, Dieu va peut-être vous demander de faire quelque chose qui est complètement déraisonnable. Pour un prédicateur de campagne comme moi, il était absolument déraisonnable de quitter ma petite ville pour aller à New-York prêcher à des membres de gangs. C'était contraire à toute raison de m'entendre dire, « Va à Brooklyn, au projet Fort Green, et témoigne au gang des Mau-Mau. »

Il n'y a qu'une raison pour laquelle j'y suis allé : Parce que Dieu m'a dit de le faire, et c'est là que j'ai rencontré Nicky Cruz. Maintenant, des dizaines d'années plus tard, les centaines de milliers de personnes qui sont venues à Jésus comme résultat de cette décision continuent à se multiplier.

Dieu ne déçoit pas son peuple ; Il a promit de rendre sa volonté claire pour tous ceux qui le cherchent. Et quand nous lui aurons donné le contrôle total de vos vies, nous entendrons sa voix dernière nous qui nous dit, « C'est là le chemin, mon serviteur bien-aimé. Maintenant marche-y avec confiance, j'ai tout sous contrôle. »

Download PDF