UN ESPRIT BRISÉ | World Challenge

UN ESPRIT BRISÉ

David WilkersonFebruary 11, 2016

Quand Christ est venu sur Terre, Israël vivait sous la domination écrasante de Rome. Les juifs étaient lourdement chargés de taxes et de lois romaines. Dans le même temps, les sacrificateurs cupides tiraient avantage des veuves et des pauvres. Les opprimés étaient ridiculisés et sujets de moquerie et le peuple était aveuglé par la corruption. C'est à cause de tout cela que les prophètes ont dit que Christ viendrait dans une heure de ténèbres, apportant une grande lumière.

Jésus est venu dans une société malade d'hypocrisie et débordant de péchés. Alors qu'Il contemplait la condition de la nation, Il a pleuré sur Jérusalem (voir Luc 19:41), prophétisant que sa maison deviendrait un lieu désolé. Mais Il a donné à cette société encore soixante dix ans de prédications de l'évangile. Et ces années ont été remplies de témoins oints par l'Esprit prêchant l'espoir et la repentance, accomplissant des miracles et délivrant un appel puissant pour le royaume. Jésus ne pouvait tout simplement pas briser le roseau cassé qu'Israël était devenu.

C'est une image de l'Amérique à l'heure actuelle : une société complètement brisée dans sa moralité. Nous sommes aussi une nation déprimée et perturbée, avec des gens qui vivent dans la peur et dans une agonie mentale. Il y a d'avantage de psychologues, psychiatres, travailleurs sociaux et conseillers que jamais dans l'histoire, et pourtant ils ne suffisent pas pour recevoir tous les gens qui supplient pour avoir ne serait-ce qu'une aide d'une heure. C'est vrai même dans l’Église : les équipes chrétiennes de conseil sont surchargées dans tout le pays par la foule de personnes qui ont besoin d'aide dans leurs problèmes.

Nos enfants sont cassés par des familles brisées, abusés et maltraités. Des adolescents sont cassés par l'immoralité, le matérialisme et la torpeur. Satan a déchaîné un flot de mal sur le pays et il a laissé dans son sillage un peuple courbé et brisé.

Beaucoup dans l’Église d'aujourd'hui ont ce même esprit brisé. Lettres après lettres, je lis les courriers de chrétiens qui se dessèchent dans des méga-églises où le péché et la justice ne sont plus prêchés. Ils sont déconcertés, se demandant : “Où puis-je trouver une véritable adoration ? On ne ressent pas du tout la présence de Christ ici. Il n'y a pas de brisement.” Des pasteurs écrivent aussi, confessant : “Frère David, je suis un rétrograde.”

Le New York Times a écrit un article récemment au sujet d'une église pentecôtiste de 10000 membres dont le message est : “Nous sommes ici pour vous rendre heureux.” Mais ce message apporte un faux espoir et un soulagement qui n'est que temporaire.

“Il n’éteindra pas la mèche qui brûle encore” (Esaïe 42:3). Quelque part dans cette nation, Dieu voit des mèches qui fument encore – des mèches qui ont un jour été enflammées, brûlant de ferveur pour Ses plans et Ses préoccupations. Mais maintenant, elles fument à peine.

Download PDF